Éviter les désagréments liés au port prolongé du masque

Obligatoire dans les transports en commun, les espaces clos et dans de plus en plus de villes sur le territoire français, le masque est à l’origine de divers troubles chez certaines personnes.

 

Les pathologies respiratoires

 

Nombreux sont les individus se plaignant d’une gêne respiratoire,e mais aussi de maux de tête ou d’étourdissement lorsqu’ils portent un masque. Aucune étude n’a pour l’instant prouvé que le port du masque était responsable de l’apparition de pathologies respiratoires, en revanche les personnes souffrant déjà de troubles tels que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou d’hyperventilation seront forcément plus gênés par le masque, sans oublier le risque accru d’être atteint d’une forme sévère du Covid-19 en cas de contamination. Les pneumologues conseillent de s’habituer à respirer avec un masque en le portant pendant de courtes périodes.

 

Les allergies et les troubles dermatologiques

 

Certaines personnes peuvent développer une allergie au tissu ou à la lessive utilisée dans le cas des masques réutilisables. L’emploi de masque chirurgical conçu dans des matériaux hypoallergéniques comme le coton est alors recommandé. Vous pouvez également appliquer une crème barrière qui protègera votre peau des irritations causées par les frottements avec la matière.

 

D’autres problèmes cutanés peuvent faire leur apparition : la transpiration ne pouvant être évacuée, la peau ne respire pas et les zones couvertes peuvent alors être sujettes aux imperfections, voire à des formes sévères d’acné. L’utilisation d’un produit à base d’acide salicylique associé à un nettoyage à l’aide d’un produit adapté permettra d’éliminer rapidement les boutons. Il est aussi conseillé d’alléger son maquillage en évitant le fond de teint.

 

Les personnes muettes, sourdes ou malentendantes

 

Comme l’a indiqué la Fondation nationale des sourds de France (FNSF) dès le début de la pandémie, le port du masque empêche toute communication pour les personnes sourdes qui ont l’habitude de lire sur les lèvres, sans oublier les malentendants qui rencontrent encore plus de difficultés à comprendre ce qu’on leur dit en raison de la voix étouffée par le tissu. L’Afnor et la direction générale de l’armement (DGA) sont actuellement en train de tester des masques qui seront bientôt disponibles pour le grand public.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *